www.archive-fr-2014.com » FR » W » WIKITHIONVILLE

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".

    Archived pages: 435 . Archive date: 2014-10.

  • Title: Marc Betou: du monde du travail à l'éducation technique - Wikithionville
    Descriptive info: Marc Betou: du monde du travail à l'éducation technique.. Marc Betou vient de passer vingt trois ans comme éducateur technique au F.. O.. M.. A.. L, foyer mosellan d’accueil aux libérés.. Marc a pris sa retraite fin 2009 bien qu’il n’ait que cinquante sept ans : c’est que, petit dernier d’une famille de onze enfants, il s’est retrouvé dès l’âge de treize ans en apprentissage dans une boucherie industrielle de Longeville-les-Metz.. Il fallait ramener de l’argent à la maison et à l’époque il ne s’est pas posé de question : il a passé ses diplômes et appris à aimer ce métier.. A une heure du matin il déchargeait les carcasses de viandes des camions sur l’épaule avec les autres porteurs puis de quatre à cinq heures il passait à la découpe avant de prendre une pause d’une heure pour finir une longue journée à seize heures.. La boucherie ferme dans les années quatre vingt et après quelques essais à droite à gauche il décide de changer d’horizon : sa femme travaille comme cuisinière au F.. L de Metz et il rencontre le directeur qui lui propose de participer à l’ouverture du F.. L de Thionville en 1986.. Il devient donc éducateur technique chargé de la remise en état d’appartements et son rôle est d’accueillir des hommes sortant de prison et d’accompagner leur effort de réinsertion dans la société.. Trouver un boulot, un appartement, s’occuper des papiers, rétablir les contacts avec la famille et les enfants : quand on sort de prison, on a besoin d’aide.. Au début, le F.. L gère de trois à quatre appartement mis à disposition par les bailleurs sociaux, les hommes sont deux par chambre et les éducateurs font le tour des appartement le soir, pour prévenir les excès et maintenir la paix avec les voisins qui ne voient pas toujours favorablement cette présence dans leur immeuble.. L’équipe compte trois éducateurs dont un diplômé, lui ne sera diplômé qu’en 96 à cause du rythme des départs en formation dans l’association : il n’y a en effet à l’époque qu’un salarié à la fois qui  ...   handicapés qu’il a rencontré dans les foyers de Bertrange et qui eux l’ont écouté, lui : il a pu leur dire la peur qu’ils lui inspiraient.. La peur provoque l’agressivité et en écoutant quelqu’un exprimer sa peur on parvient à comprendre les raisons de ses actes et à apaiser ses tensions.. Aujourd’hui, il n’y a plus qu’un quart des résidents qui sortent de prison, les autres sont adressés au F.. L par la mairie et le C.. C.. S.. les collègues de Marc en réunion au F.. L.. C’est un chemin vers l’autonomie qu’il faut tracer avec eux.. Cela passe par le retour à une hygiène de vie, se lever le matin et par l’amélioration de leur façon de se présenter : beaucoup n’ont jamais travaillé de leur vie et on ne peut affronter le monde du travail sur un mode familier.. Il faut être capable de s’exprimer clairement pour être compris par les interlocuteurs que l’on rencontre.. En moyenne les jeunes restent au maximum douze mois dans le dispositif et si leur situation n’est pas réglée, ils sont dirigés vers le foyer AMLI par exemple.. Quand les chosent s’arrangent et qu’ils trouvent du travail les résidents restent souvent dans les parages en louant cette fois un appartement à leur nom.. Depuis 1991, il y a des filles dans l’équipe éducative et depuis peu les résidents peuvent accueillir leurs petites amies : les garçons respectent les éducatrices qui ont d’autres façons d’entrer en relation avec eux et la présence des amies dans les chambres diminue la violence et motive davantage les garçons pour retrouver du travail.. Marc Betou sent qu’il a fait un sacré boulot et rien ne lui fait plus plaisir que la reconnaissance des anciens résidents qui parfois l’invitent à manger chez eux.. article liés:.. Stéphane Pfaff: le calme après la tempête.. Zoubeida Aggoune : le 1 Racine.. Hervé Mergey, une vie.. php?title=Marc_Betou:_du_monde_du_travail_%C3%A0_l%27%C3%A9ducation_technique.. Catégories.. :.. Associatif.. |.. Portraits.. 109.. 73.. 111.. 38.. Discussion avec cette adresse IP.. Dernière modification de cette page le 23 mai 2012 à 09:26.. Cette page a été consultée 3 845 fois..

    Original link path: /index.php?title=Marc_Betou:_du_monde_du_travail_%C3%A0_l%27%C3%A9ducation_technique
    Open archive

  • Title: Marcel Herpeux, des laminoirs de Thionville à la photographie - Wikithionville
    Descriptive info: Marcel Herpeux, des laminoirs de Thionville à la photographie.. La rencontre avec M.. Herpeux fait suite à un enchainement de circonstances.. Suite à l'article.. Laminoirs à froid de Thionville.. , il a été décidé de rencontrer diverses personnes ayant travaillé aux laminoirs afin de recueillir leurs témoignages.. C'est en s'inscrivant sur le site copainsdavant.. com, sur lequel s'était constitué un groupe des anciens des laminoirs à froid de Thionville, que nous avons contacté un certain M.. Altenhoven.. N'habitant plus la région, il nous a pourtant fait parvenir un carton de documents et une liste de personnes susceptibles de témoigner.. C'est grâce à lui que nous avons rencontré M..  ...   froid de Thionville.. Toujours démangé par la photographie, il s'inscrit rapidement au club photo de Thionville Yutz.. Peu à peu, l'idée de devenir photographe à part entière fait son chemin.. Et c'est ainsi qu'il ouvrira son studio Place du Luxembourg, aujourd'hui repris par sa fille.. Ce portrait vidéo nous présente son parcours atypique.. Marcel Herpeux, des laminoirs à la photographie.. un film de Juliette Loizeau.. Pour en savoir plus sur les laminoirs :.. et sur la cité des laminoirs :.. Mme Melchior et la cité des laminoirs.. php?title=Marcel_Herpeux,_des_laminoirs_de_Thionville_%C3%A0_la_photographie.. Mémoire.. Dernière modification de cette page le 25 février 2013 à 12:07.. Cette page a été consultée 1 061 fois..

    Original link path: /index.php?title=Marcel_Herpeux,_des_laminoirs_de_Thionville_%C3%A0_la_photographie
    Open archive

  • Title: Marcelle Pouyet, l'époque des familles nombreuses - Wikithionville
    Descriptive info: Marcelle Pouyet, l'époque des familles nombreuses.. Marcelle Pouyet est née à Chatillon dans l’Indre en 1921.. Son père était gendarme.. Marcelle a seize ans quand elle perd sa mère.. C’est elle qui s’occupera de sa famille désormais.. Elle a vingt trois ans quand, en août 1944, les allemands en retraite passent dans la ville et fusillent à la Riperie, plusieurs garçons de son âge parmi les maquisards.. Elle quitte l’Indre après la fin de la guerre avec son mari et sa fille ainée, pour s’installer à Jargeau, dans le Loiret.. Marcelle y donnera naissance à sept enfants en onze ans.. Le fleuve était juste de l'autre côté de la route, au pied de l'immeuble où ils vivaient.. Marcelle attachait ses enfants avec une ficelle à une gouttière, de peur qu’ils ne tombent dans la Loire.. M.. Pouyet travaillait comme ouvrier à «la Française de route» mais les salaires qu’offrait la sidérurgie dans les années 60 le décideront à rejoindre la Lorraine.. Il travaillera à la cokerie d’Ebange pour Sollac.. La famille débarque donc à la côte des roses, les immeubles sont à peine sortis de terre mais l’appartement est luxueux : six chambres, une salle de bain et les W.. C à l’intérieur.. Ca change du quarante huit mètres carrés où s’entassait la famille à Jargeau.. Dans l’immeuble on comptait plusieurs familles nombreuses, il y avait tellement d’enfants que les gens formaient une grande famille et que l’entraide régnait.. On trouvait toujours une voisine pour surveiller les gosses le temps d’une course et même pour partager les repas : quand on en fait pour huit… Mais huit enfants c’est beaucoup, et si madame Pouyet avait eu le choix elle se serait contentée de deux.. Mais voilà, à l’époque on ne savait rien du tout de ces choses là et on ne parlait surtout pas de contraception.. Plus tard, Marcelle Pouyet élèverait trois de ses petites filles et le jour de leurs premières règles, elle leur dirait que si elles voulaient savoir quelque chose, elle les accompagnerait chez le médecin.. La génération de Marcelle ne dialoguait pas avec ses parents et ceux-ci se cachaient pour tout.. Il n’y avait pas de télévision  ...   les Pouyet achèteront rue Molière, ce n’est pas une machine à laver mais un poste de télévision.. Tout ça à crédit bien sûr.. Madame Pouyet a quitté le rez-de-chaussée que la famille occupait depuis son arrivée pour un appartement plus petit au premier.. Son mari est mort en 1991 d'un emphysème, conséquence probable d'un accident du travail jamais indemnisé : il a été le dernier de ses collègues gazés à décéder.. La rénovation du quartier a amener le bailleur à transformer les grands six pièces du dessus en trois pièces et cela fait plus de bruit et moins de stabilité dans l’immeuble.. Des douches ont étés installées et on a changé l’évier des cuisines.. Mais l’exécution des travaux laisse à désirer, il y a toujours un trou pas rebouché ou un morceau de lino pas posé.. Et les ouvriers ne sont jamais responsables parce que ce n’est pas eux qui l’on fait.. Madame Pouyet a même subi une inondation dont la suite n’est toujours pas réglée faute d’une signature d’un responsable sur un papier que le bailleur doit transmettre à l’assureur : dans une chambre du fond se trouvait un lavabo inutile.. Les ouvriers ont trouvé le moyen de l’arracher du mur sans couper l’eau : on peut imaginer les dégâts.. l'accès au dos de l'immeuble est fermé pour protéger le terrain des boulistes mais le champ du noyer, propriété de la ville est laissé à l'abandon et jamais plus fauché car inaccessible.. Mesdames Palz, Lambolez et Bianchi-haut chez Marcelle Pouyet.. Il y a aussi le noyer derrière l’immeuble : aujourd’hui il est inaccessible car l’association des boulistes en a condamné l’accès.. On a toujours peur que le linge qui sèche de ce côté-là ne tombe et soit irrécupérable.. Sinon l’entraide existe encore, M.. Vagli lui monte toujours le journal après avoir rempli la grille de sudoku, Marcelle n’y connaît rien en jeux, et madame Palz lui apporte son pain tous les matins avant de revenir le soir pour l’aider un peu avant le coucher.. article du RL mai 1996.. php?title=Marcelle_Pouyet,_l%27%C3%A9poque_des_familles_nombreuses.. Quartier.. Dernière modification de cette page le 9 février 2011 à 13:54.. Cette page a été consultée 5 021 fois..

    Original link path: /index.php?title=Marcelle_Pouyet,_l%27%C3%A9poque_des_familles_nombreuses
    Open archive
  •  

  • Title: Marianne Bouzendorffer : transmettre la passion du dessin - Wikithionville
    Descriptive info: Marianne Bouzendorffer : transmettre la passion du dessin.. Marianne Bouzendorffer.. Vénus, huile.. Marianne Bouzendorffer est peintre, artiste, née à Thionville Beauregard en 1953.. C'est en 1988 qu'elle décide d'apprendre la peinture et le dessin, auprès de M.. Picard au centre Jacques Brel de Thionville.. Puis elle continue sa formation au centre de loisirs ATL (Association Thionville Loisirs avec M.. Lamora, jusqu'en 1996.. Avec les peintres de la vallée de la Fench Monsieur Armand Frantz, grand artiste,lui enseigne la peinture et le dessin d'une façon académique, digne d'une formation Beaux Arts.. Mais très vite, dès 1990, elle associe sa pratique personnelle avec des interventions dans les écoles de la ville et alentours.. Elle fait à présent partie d'un groupement de peintres de la région de Thionville, le CEPAL (Centre Européen pour la Promotion des Arts et Lettres).. Elle a créé un groupe de jeunes artistes, allant de 3 à 15 ans.. Quand elle anime l'atelier jeunes du CEPAL, elle est consciente d'apporter du bonheur aux enfants, car elle remarque cette petite flamme qui illumine leurs regards.. Et surtout d'année en année, leurs progression, et leur choix d'aller vers des carrières artistiques.. Parmi eux, pour sa plus grande satisfaction, nombreux sont ceux qui pratiquent aujourd'hui un métier ayant trait aux arts plastiques.. Elle a déjà formé un professeur d'arts plastiques qui exerce à Lyon, un architecte, trois élèves reçus dans des grandes écoles à Paris en communication vidéo ou en restauration de tableaux, ou bien à l'école du Louvre.. Voir sur ce sujet l'article..  ...   la région, et plus loin.. Avec les enfants des écoles environnantes, elle a réalisé de très nombreuses fresques, toujours dans un souci de faire réellement participer les enfants, de leur faire découvrir des artistes variés, et peut- être de susciter quelques vocations.. A l'école de Guentrange en 2011, 141 enfants ont réalisé cinq fresques inspirées des artistes suivants : Kandinsky, Klimt, Matisse, Miro et Klee.. 6 classes du CP au CM2 ont participé à ce projet.. Marianne Bouzendorffer a encadré toute cette réalisation, en prêtant soin à chaque détail (comme l'inclinaison des rayons du soleil sur les fresques) mais toujours dans le souci de laisser les enfants faire le travail.. Actuellement, elle profite des conseils avisés de Monsieur.. Joel Lorique : peintre, graphiste et illustrateur.. De nombreux projets sont prévus pour les années à venir, avec les écoles ou avec les jeunes artistes qu'elle encadre.. Si vous souhaitez joindre Marianne Bouzendorffer, qui est à l'écoute de toute proposition artistique, vous pouvez lui écrire à bmary57@orange.. fr en précisant "wikithionville" dans l'objet du mail.. Exposition au Beffroi.. Le 23 octobre 2012, le CEPAL a organisé une exposition artistique.. Nous avons pu y admirer certaines des oeuvres de Marianne Bouzendorffer.. Un aperçu du travail de Marianne Bouzendorffer.. par Juliette Loizeau.. Pastel sec sur papier velours.. aquarelle sur papier chinois.. Huile.. Mes dessins.. Chouette, stylo Pilot.. Poséidon.. Drapé.. papier canson noir et crayon blanc pastel.. php?title=Marianne_Bouzendorffer_:_transmettre_la_passion_du_dessin.. Passions.. Dernière modification de cette page le 14 février 2013 à 15:37.. Cette page a été consultée 2 756 fois..

    Original link path: /index.php?title=Marianne_Bouzendorffer_:_transmettre_la_passion_du_dessin
    Open archive

  • Title: Marie Dobbelaere, le temps de réfléchir - Wikithionville
    Descriptive info: Marie Dobbelaere, le temps de réfléchir.. Marie Dobbelaere vit à Gand en Belgique.. Elle a vingt ans et fait des études pour travailler dans le social.. L’année dernière elle a fait un stage à Bruxelles chez Pigment, une association très créative dont le travail de lutte contre la pauvreté a été salué par un prix de 20000€.. Travailler à Bruxelles cela veut dire parler français et si Marie a appris la langue à l’école, elle a besoin de se perfectionner.. Aussi cette année, pour son stage elle a cherché une institution en Wallonie mais sans succès.. L’école supérieure Artevelde.. [1].. avait des connections, mais directement en France, pas en Belgique même.. Deux langues c’est une richesse mais en Belgique, les choses se compliquent dès qu’il faut discuter les lois et les gouvernements finissent par tomber.. Pourtant la séparation avec les wallons ne changerait rien à la vie de tous les jours mais il y a de moins en moins de solidarité entre les deux parties du pays.. En lien avec son école, c’est donc l’IRTS.. [2].. de Ban St Martin qui envoie Marie au Fomal.. [3].. de Thionville pour un stage de quatre mois.. Marie au Fomal.. Là elle côtoie les résidents.. [4].. du centre d’accueil en tâchant de les aider pour les petites choses.. Le plus important est d’installer une relation informelle comme parler avec eux sans relation hiérarchique.. Mais pour les résidents.. [5].. ce n’est pas facile d’être dans un endroit pour recevoir de l’aide.. Ils ont besoin qu’on les envisage comme des êtres humains avant tout.. Le travail de Marie est de gommer cette dépendance des  ...   en France, il y a toujours des problèmes avec les papiers.. Rien que pour son dossier d’inscription on lui a demandé le compte de téléphone portable de son père, son salaire, un relevé d’électricité.. En Belgique on n’est pas aussi exigeant et on n’est pas contrôlé plusieurs fois de suite par la police comme elle a pu le voir en se promenant dans les rues de Metz avec un ami noir.. Marie a toujours vécu avec ses parents et elle avait l’habitude de faire toujours beaucoup de choses sans avoir de temps pour réfléchir.. Marie appartenait à un groupe jeune et nature et pendant deux ans elle était responsable de l’organisation des activités.. Il fallait trouver une activité par semaine, éditer un petit journal tous les trois mois et créer une bonne atmosphère entre les équipes pour que chacun puisse dire ce qu’il pense.. Les membres étaient tous amis mais il fallait gérer les réunions de façon stricte et ne pas se perdre en paroles mais poser des actes.. Vivre seule lui a permis de changer son regard sur le monde et d’être contente des petites choses qu’elle arrive à réussir.. Elle ne connaissait personne et le fait de toujours avoir à parler à des gens qu’elle ne connaît pas a été comme un défi : se prouver à elle-même qu’elle est « Marie », se forcer à parler ou bien rester seule, même si c’est difficile d’exprimer ses sentiments dans une langue étrangère.. centre ville de Gand.. php?title=Marie_Dobbelaere,_le_temps_de_r%C3%A9fl%C3%A9chir.. Frontières.. Dernière modification de cette page le 14 août 2010 à 12:52.. Cette page a été consultée 2 054 fois..

    Original link path: /index.php?title=Marie_Dobbelaere,_le_temps_de_r%C3%A9fl%C3%A9chir
    Open archive

  • Title: Michel Loizeau, toute une vie à la Sollac - Wikithionville
    Descriptive info: Michel Loizeau, toute une vie à la Sollac.. Michel Loizeau passe son bac en Vendée, à Saint Laurent sur Sèvres en 1948.. Dans la foulée, il devient professeur de mathématiques dans son lycée.. Son directeur lui avait dit : « c'est idiot d'enseigner les maths en sixième, avec des agrégés qui ne savent pas se mettre à la portée des enfants.. Au bout de deux ans, il fait son service militaire, dans l'artillerie anti-aérienne, dans la région de Belfort.. Et c'est là qu'il entend parler des usines en construction de la Sollac.. Il décide alors de s'installer en Lorraine, et de changer de métier.. Embauché en mai 52, il aide au recrutement à la Sollac jusqu'en Octobre.. Il fait ensuite l'école de la sidérurgie à Metz, puis il devient chef de poste au dégraissage, dans les laminoirs à froid d'Ebange.. laminoir à froid d'Ebange, train à 3 cages.. Marié depuis Août 1952, il habite à Guénange, dans la cité construite par la Sollac.. Chaque employé était alors logé, et l'usine leur vantait la présence d'une cuisinière dans le logement ! Restait à meubler et à s'installer.. Avec sa femme Claudine et leurs deux enfants, ils connaitront cinq logements différents, deux à Guénange et trois à Thionville, qui vont aller s'améliorant, en même temps que sa carrière au sein de la Sollac.. Pour bien comprendre le poste occupé alors, en 1952, arrêtons nous un instant sur le fonctionnement de la Sollac.. Sollac, acronyme de SOciété Lorraine de LAminage Continu.. Après la deuxième Guerre Mondiale, les demandes en acier vont augmenter massivement.. Si bien qu'en 1948, un groupement de sidérurgistes décide de la création d'une usine commune, capable de produire un million de tonnes par an de tôles minces.. Parmi ces sidérurgistes : De Wendel, les aciéries et forges de Rombas, les Hauts fourneaux et aciéries de Longwy, les forges de Basse-Indre.. Ce qui a fait la spécificité de la Sollac, c'est que ces sidérurgistes étaient appelés des « adhérents ».. Sollac fonctionnait en coopérative, n'achetant ni ne vendant rien.. Les adhérents fournissaient à Sollac les matières premières, transformées en acier plat, jusqu'au fer blanc, et revendaient ensuite eux-mêmes les produits transformés.. La matière première est fondue dans les hauts fourneaux qui produisent de la fonte, affinée ensuite dans les aciéries (coulée en lingots, en brames), puis  ...   par la Sollac.. Le rythme change, ce n'est plus les trois 8 dans ce service, mais les journées continues, qui débutent à 7h30.. Le samedi après midi et le dimanche sont de congé.. Au début, Michel Loizeau travaille 48h par semaine, puis 40h, et à la fin de sa carrière, 39h.. Les semaines de congés payés s'allongent également au fur et à mesure, de deux semaines au début, à quatre semaines.. En restant toute sa carrière à la Sollac, il connaît une évolution intéressante, entré comme agent administratif, il termine au « rang et prérogatives d'ingénieur principal ».. N'ayant pas fait d'études d'ingénieur, il n'en a donc pas le statut, mais occupe un poste similaire.. Il prend sa retraite en 1987, après trois années de pré-retraite.. exemples de production en fer blanc.. Arrivé en même temps que les usines de la Sollac, Michel Loizeau a vu l'évolution de la région.. Le nouveau visage de Thionville et ses alentours, les constructions de logements neufs, les cités.. Il y avait beaucoup de travail dans les années 50, 60 (notamment pour la reconstruction du pays suite à la guerre.. ) Les gens venaient de différentes régions, comme lui, de Vendée, ou comme son beau père par la suite, vosgien employé à la cokerie jusqu'à sa retraite.. C'est le cas aussi des immigrés italiens ou algériens, qui viennent en France, en Lorraine, pour travailler dans la sidérurgie.. (voir également les portraits suivants :.. Luigi Carbonara, de l'Italie à la chaussée d'Océanie.. ,.. Françoise Lambolez, l'amitié contre le temps qui passe.. Abdelkader Djelouat, l'invité franco-algérien.. ) Et puis le déclin : « Quand je suis parti à la retraite, c'était florissant, le déclin n'avait pas encore vraiment commencé.. La grande erreur, mais c'est mon opinion personnelle, ca a été de vendre à Mittal.. Maintenant, c'est lui le patron, il fait ce qu'il veut.. Et il a les moyens de faire ce qu'il veut.. Nombreux sont ceux qui ont travaillé à la Sollac dans la région de Thionville.. Sur ce wiki, plusieurs portraits leurs sont consacrés, avec notamment :.. Bruno Baldelli, de l'Ombrie à la Lorraine.. François combe, une politique des villages.. Bernard Jeannenot: pour une Vie Libre.. Robert Nicolay, penser libre.. php?title=Michel_Loizeau,_toute_une_vie_%C3%A0_la_Sollac.. Dernière modification de cette page le 2 août 2012 à 08:15.. Cette page a été consultée 1 380 fois..

    Original link path: /index.php?title=Michel_Loizeau,_toute_une_vie_%C3%A0_la_Sollac
    Open archive

  • Title: Michel Puccio : le commerce, une forme de liberté - Wikithionville
    Descriptive info: Michel Puccio : le commerce, une forme de liberté.. Michel Puccio avait 24 ans quand il a racheté le magasin d’antiquité de madame Hochman situé à l’intersection de l’avenue Comte de Berthier, de Guise et Albert 1er à Thionville.. A cet âge là, on croit tout savoir et c’est plus tard qu’on se rend compte que les anciens n’avaient pas toujours tout à fait tort.. Quand on se lance dans le commerce, on ne sait pas tout et on comprend avec le temps.. Il n’y a que plongé dans le bain qu’on réalise que c’est un tas de tracas et de soucis d’ouvrir un magasin.. Et il faut une part d’insouciance pour entreprendre car si on réfléchit trop on ne fait rien.. Pour Michel le choix était simple : cuisinier de formation il avait commencé par faire les saisons, partageant sa vie entre les alpes et la cote d’azur.. Quand il a rencontré sa femme il a compris qu’il lui fallait trouver une activité qu’il puisse concilier avec la vie de famille.. Il fréquentait la boutique par goût des meubles anciens et petit à petit l’idée lui est venue de s’installer comme antiquaire.. C’est un métier qui ne nécessite aucun diplôme pour l’exercer et la passion lui a servi de guide.. Les débuts furent difficiles, heureusement sa femme travaillait.. La recette pour s’en sortir est simple : bosser honnêtement.. Etre honnête avec soi-même c'est-à-dire ne rien se cacher de sa propre situation, l’être avec la clientèle pour la garder et la développer.. Car ses vrais patrons sont les clients : il faut coller au gout  ...   il lui suffit de tenir à jour son livre de « police » où toutes les données concernant les achats sont enregistrées.. Il existe un marché parallèle très important et les brocanteurs amateurs qui n’ont ni responsabilités ni charges sont une concurrence déloyale car ils peuvent se permettre d’acheter plus cher et de vendre moins cher qu’un antiquaire en magasin.. Pourtant la différence est la sécurité et la garantie des achats faits en magasin et Michel Puccio assure en plus un service après vente gratuit la plus part du temps : il n’a jamais refusé de changer une serrure ou d’ajouter une étagère.. C’est sa philosophie, il ne fait pas ce métier pour l’argent mais pour vivre une passion et se gagner un maximum de gens car se constituer un réseau est primordial dans ce métier où la réputation fait le succès.. La période est difficile, l’activité des commerçant en baisse et les banques donnent le mauvais exemple en prêtant peu : pourtant l’argent est fait pour circuler.. Si l’argent fait défaut à un maillon de la chaine, il manquera au maillon suivant : si on va moins souvent boire un coup avec ses amis le cafetier finira par fermer et les gens seront tous dans une position de repli.. Malgré ça le commerce reste pour Michel une forme de liberté et pour tout dire :.. le jour où il n’y a plus de risque, ce n’est plus rigolo !.. Publié par Mon Quartier, Ma ville.. php?title=Michel_Puccio_:_le_commerce,_une_forme_de_libert%C3%A9.. Dernière modification de cette page le 23 mai 2012 à 09:30.. Cette page a été consultée 1 308 fois..

    Original link path: /index.php?title=Michel_Puccio_:_le_commerce,_une_forme_de_libert%C3%A9
    Open archive

  • Title: Michèle Goyard, laissez parler les ptits papiers - Wikithionville
    Descriptive info: Michèle Goyard, laissez parler les ptits papiers.. Sommaire.. 1.. Le collage, par Michèle Goyard.. 2.. Michèle Goyard par Jeanne Tine, pour l'ouverture de l'exposition : "La terre est bleue comme une orange.. " à Fameck.. 3.. Les expositions de Michèle Goyard.. 4.. Rencontre vidéo avec Michèle Goyard.. 5.. Laissez parler les ptits papiers.. Le collage, par Michèle Goyard.. Je m'appelle Michèle Goyard.. J'ai commencé simultanément l'écriture de poèmes et la composition de collages à 18 ans.. Peu à peu j'ai abandonné les mots pour me consacrer uniquement à l'art du collage.. Les collages c'est une façon de libérer ses émotions, ses sentiments, ses pensées intérieures.. Pour aboutir à la composition d'un collage, il faut rechercher, repérer, sélectionner, découper, déchirer, disposer, rajouter, combiner, insérer, perdre, rapprocher, déceler, organiser, décliner, imaginer, superposer, décoller, recoller, oublier, bouleverser, revenir, s'apaiser, rêver.. Avec ces lambeaux de papier, de vie, qui tissent des rêves et des histoires, l'imaginaire est interpellé, s'invite au voyage et à la rencontre.. " à Fameck.. "L'art du collage a été introduit par Georges Braquet et Pablo Picasso en 1912.. Cette technique consiste à organiser une création plastique, non en fonction des lois de la représentation mais par la combinaison d'éléments, a permis d'abolir la différence entre peinture et sculpture.. Le collage a renouvelé la pratique de l'art en remettant en cause la représentation classique de la réalité, la fabrication de  ...   à se perdre quelques instants à la contemplation de ses créations aussi originales que multicolores.. Les œuvres de Michèle Goyard nous font rêver et si l'art est parfois un domaine difficile à saisir, essayons d'entrer dans l’imaginaire et laissons simplement parler nos sentiments, car c'est un réel plaisir pour les yeux de capter ces instants de vie qui sont le fruit de son alchimie intérieure.. ".. Les expositions de Michèle Goyard.. Novembre 1995 : bibliothèque de Thionville.. Mars 2006 : Bibliothèque de Thionville.. Juin 2006 : Maison pour tous au Couarail de Marspich.. Octobre 2006 : restaurant Le Papagayo.. Février 2007 : galerie LIPPIS Thionville.. Aout 2007 : espace in Vitro Thionville.. Avril-Mai 2008 : Hopital Le Kem Thionville.. Aout 2009 : espace in Vitro Thionville.. Octobre 2009 : salon des peintures et sculptures de la ville d'Algrange (Prix du public).. Février 2010 : exposition collective "Reg'Art" à Hettange Grande.. Septembre 2010 : exposition collective "Salon d'automne de peinture".. Novembre 2010 : Exposition à la galerie Watrin à Fameck.. Février 2011 : Médiathèque d'Uckange.. Septembre 2012 : espace in Vitro Thionville.. Septembre-Octobre 2013 : Centre culturel Pablo Picasso à Homécourt.. Pour en voir plus.. Rencontre vidéo avec Michèle Goyard.. Michèle Goyard à l'oeuvre.. Un film de Juliette Loizeau.. - 6'45.. php?title=Mich%C3%A8le_Goyard,_laissez_parler_les_ptits_papiers.. Dernière modification de cette page le 15 octobre 2013 à 07:09.. Cette page a été consultée 935 fois..

    Original link path: /index.php?title=Mich%C3%A8le_Goyard,_laissez_parler_les_ptits_papiers
    Open archive

  • Title: Mme Melchior et la cité des laminoirs - Wikithionville
    Descriptive info: La rencontre avec Mme Melchior s'est faite grâce à cette photo.. Nous voulions savoir qui étaient ces personnes, et j'avais déposé cette photo dans les boites aux lettres de la cité des laminoirs.. Mme Melchior m'a alors appelée en me disant : « ce sont mes beaux parents sur cette photo.. Et mon mari.. » Elle ne peut pas dire dans quelles circonstances a été pris ce cliché.. Parmi les adultes, de gauche à droite, elle reconnaît deux douaniers, un couple d'amis, ses beaux parents, un troisième douanier.. Quant aux enfants, de gauche à droite toujours, son beau frère François, le fils du couple, et son mari, Albert.. Sur cette photo, ses beaux parents et Albert et François.. Mme Melchior habite la cité des laminoirs depuis 1955.. Cette année là, elle s'est mariée avec Albert Melchior, le 10 Octobre, après un an et demi de fiançailles.. Il s'étaient rencontrés chez un marchand de marrons dans le centre ville de Thionville.. Sa famille à elle venait de Basse Ham.. C'est là qu'elle a grandit.. Son père travaillait à la gare de Thionville.. Après son mariage, alors qu'elle avait un bébé de six mois, son mari a été appelé en Algérie.. Elle est retournée vivre chez ses parents durant cette période.. Albert avait commencé son apprentissage aux laminoirs.. Il y est resté jusqu'à la retraite.. Il faisait les trois 8.. 6h-14h / 14h-22h / 22h-6h.. Certaines semaines, il enchainait le poste de nuit avec le poste du matin.. Il avait un poste d'électricien.. Son père avait également fait toute sa carrière aux laminoirs.. Albert.. Dans la cité des laminoirs, ils habitaient d'abord au numéro 26, mais cette habitation nécessitait des travaux.. Ils  ...   une fête avec les employés et leurs conjoints et enfants.. C'est à cette occasion que certains recevaient des médailles au bout de 15, 20, 25 ans d'ancienneté.. Alors que les hommes étaient aux laminoirs, les femmes s'occupaient de la maison, des enfants.. Mme Melchior cousait, tricotait, brodait.. Et elle sortait aussi bavarder avec ses voisines.. L'une d'elles avait un arbre immense devant sa maison.. Elles s'asseyaient à plusieurs sur un banc sous l'arbre, et discutaient en ouvrant les légumes, en écossant les petits pois.. Tout le monde les avait baptisées La Sainte Trinité.. Aujourd'hui, Mme Melchior a onze petits enfants, et déjà plusieurs arrières petits enfants, qui grandissent dans la région, différemment bien sûr, de leurs arrières grands parents.. Pour Mme Melchior, la nostalgie de ces années où les gens étaient tous ensemble, et la famille aussi, est très forte.. Et les changements dans le quartier, les habitants qui vont et viennent et qui ne se connaissent plus, ce n'est pas toujours facile.. La fermeture, et aujourd'hui la destruction des laminoirs, ont totalement remodelé le quartier, les habitudes de vie des « anciens ».. Certaines maisons sont rénovées, Batigère a revendu une partie du parc immobilier de la cité.. Les nouveaux voisins ne travaillent plus dans la sidérurgie.. Mme Melchior, elle, a le droit de rester dans sa maison, tant qu'elle le voudra, Batigère est d'accord de la lui louer et de ne pas la mettre en vente.. Bientôt, à l'emplacement des laminoirs, il y aura de nouveaux logements, pour répondre aux besoins de l'expansion de Thionville.. Et le quartier, comme la ville, continueront de se modifier.. Voir aussi le portrait de.. php?title=Mme_Melchior_et_la_cit%C3%A9_des_laminoirs.. Cette page a été consultée 947 fois..

    Original link path: /index.php?title=Mme_Melchior_et_la_cit%C3%A9_des_laminoirs
    Open archive

  • Title: Mon année roumaine - Wikithionville
    Descriptive info: Mon année roumaine.. Originaire de l’ouest de la France et Thionvilloise d’adoption depuis 6 ans, Hélène Froment a aussi posé ses valises en Roumanie où elle a séjourné et travaillé pendant un an.. Elle nous raconte cette expérience.. J’avais 22 ans en 2001 lorsque j’ai rencontré pour la première fois des jeunes Roumains qui étaient accueillis en France dans le cadre d’un échange culturel géré par une association de mon village.. Le jumelage de mon village avec ce village roumain (Lipnitza) existait depuis 1989 (chute de Ceausescu), d’abord pour apporter une aide humanitaire, puis ensuite pour favoriser des échanges culturels et professionnels.. Beaucoup de jeunes que nous avons accueillis parlaient français (la langue vivante 1 qu’ils étudiaient) et cette rencontre m’a donné envie de partir dans leur village.. Un intervenant est venu nous parler du SERVICE VOLONTAIRE EUROPEEN ouvert à tous les jeunes européens entre 18 et 27 ans.. C’est comme le programme Erasmus des étudiants mais pour les jeunes professionnels.. J’ai demandé à y participer.. (Pour info sur le SERVICE VOLONTAIRE EUROPEEN cliquer.. ).. En 2002 nous avons fait une première visite pour voir quel projet on pouvait mettre en place là-bas.. Puis en septembre 2003, j’ai eu l’agrément pour partir avec le SVE.. Je suis d’abord partie avec quatre jeunes de mon village.. Nous devions animer un centre de loisirs avant que l’école ne reprenne (la rentrée est courant septembre en Roumanie).. Il fallait développer l’activité car les personnes en charge ne connaissaient pas le fonctionnement des centres de loisirs.. Ce genre de structure existait dans les grandes villes, mais pas dans les villages.. J’ai le BAFA, j’avais déjà une expérience d’animatrice et de directrice de centre.. Je voulais partager mon savoir-faire, mes connaissances dans ce domaine.. J’avais besoin de donner aux gens car on avait tissé des liens et j’avais vraiment aimé l’accueil que l’on avait reçu lors de notre première visite.. Après quinze jours, les trois autres Français sont partis et je me suis retrouvée seule pour une année scolaire (c’est la durée que j’avais choisie) pour travailler auprès des enseignants.. J’avais pris quelques cours de roumain à Angers avant de partir, les bases.. J’arrivais à comprendre ce qu’ils disaient puis j’ai appris sur place avec les expressions du village, avec les enfants, par imprégnation, j’ai appris à écrire et à lire le roumain.. Et l’enseignante avec laquelle je travaillais parlait français.. Mon travail en maternelle consistait à proposer des activités manuelles, à enseigner des chansons  ...   vivre, donnée par le SVE et le village recevait une subvention pour me loger.. J’ai peu visité sinon pendant les week-ends et les petites vacances où j’allais au bord de la mer noire à 100 km.. Les jeunes font leurs études là-bas, les parents et amis leur rendent visite, ils ont un pied à terre, il y a des mini bus qui font le trajet.. Je me suis liée d’amitié avec une jeune enseignante qui arrivait dans le village, elle débutait dans le métier, on avait le même âge.. Elle aussi était logée chez l’habitant à côté de chez moi.. J’avais de bons rapports avec tous mes collègues, avec mes voisins, si j’avais besoin d’œufs par exemple, on m’en donnait.. J’ai peu croisé les parents d’élèves, tout simplement parce que les enfants venaient à l’école seuls, à pied.. C’est un village, il n y avait pas d’insécurité.. Quand je suis rentrée en France, j’étais fière de moi, de mon expérience.. Je suis revenue avec un état d’esprit positif, et j’apprécie plus le confort que nous avons ici, je n’ai plus envie de me plaindre ! Là-bas, il y avait des coupures d’électricité parfois, et il fallait mettre du bois dans le gros poêle en faïence pour faire chauffer l’eau !.. Et je suis revenue bilingue ! La gendarmerie de Mayenne a même fait appel à moi comme interprète à une occasion.. J’ai continué à travailler auprès des enfants, entre autres pour un centre d’adaptation implanté dans un collège avec un jeune élève roumain pour l’aider à apprendre le français.. J’ai gardé des contacts avec mon amie, avec les enseignants, certains enfants, une élève qui est maintenant étudiante en français, Andrea, que j’ai retrouvée sur Facebook, elle m’a parlé en français.. La situation a évolué depuis mon séjour.. La Roumanie fait maintenant partie de l’Union Européenne depuis le 1er janvier 2007.. Pendant mon dernier voyage, j’ai vu des scooters dans le village, plus de voitures, on en voyait peu en 2003….. Je termine avec un souvenir qui m’a marquée : un jour de décembre, au moment de Noël, un convoi humanitaire était venu d’Angleterre avec dans le camion des boites pour les enfants.. Chaque famille anglaise avait préparé une boite remplie de petits présents pour chaque enfant.. Et ça m’a fait plaisir de voir les enfants, le bonheur dans leurs yeux !!.. php?title=Mon_ann%C3%A9e_roumaine.. Dernière modification de cette page le 10 février 2014 à 10:45.. Cette page a été consultée 611 fois..

    Original link path: /index.php?title=Mon_ann%C3%A9e_roumaine
    Open archive

  • Title: Monique Azegagh: de la difficulté de transmettre ses valeurs - Wikithionville
    Descriptive info: Monique Azegagh: de la difficulté de transmettre ses valeurs.. Monique Azegagh est « référente-famille » et coordinatrice au C.. S, centre de loisirs et d'animation sociale de Guénange, dont la présidente est madame Siegwarth et la directrice madame Meunier.. Elle a bien voulu répondre à quelques questions sur que représente pour elle « la frontière » dans le cadre du tournage d’un film réalisé pour le festival du « Réel en vue ».. Guénange, à cinq minutes de Thionville.. Ce qui vient en premier à l’esprit de Monique, c’est l’image de voisins entre eux qui vont se barricader en montant une jolie murette ou en mettant des haies partout, pour bien montrer que c’est chacun pour soi.. Mais la frontière, c’est aussi celle des classes sociales.. Quelqu’un sans argent pourrait exceller dans un domaine qui restera hors de portée d’un riche : en aura-t-il les moyens ? On est quand même à bout quand on ne comprend pas pourquoi on est si différent des autres : on ne l’accepte pas.. Donc certains réagissent par la violence.. Vingt ou trente ans en arrière Monique aurait été plutôt révoltée.. Maintenant, elle se dit que malheureusement, on est dans un monde où il faut avancer en essayant de ne pas se mettre de barrière.. Il faut essayer de trouver et de prendre le meilleur de chacun parce qu’il y a du bon chez tout le monde.. Devant l’injustice, elle a plus de retenue qu’avant, elle ne va pas  ...   les perpétuer pour ne pas les oublier.. Elle se souvient de sa jeunesse et des distractions simples qu’elle partageait avec ses amies et elle a peur que les nouvelles générations aient peu à partager entre l’internet et les jeux informatiques.. Elle se demande aussi si elle ne se met pas elle-même inconsciemment des barrières en se raccrochant à des valeurs qui la rassurent.. Peut-être qu’à leur manière les enfants d’aujourd’hui bannissent les frontières car il y aura toujours des générations de révoltés.. Elle a quitté l’adolescence et c’est leur vie à eux dont il s’agit.. Mais elle n’aime pas voir les gens malheureux autour d’elle, elle ne veut pas les voir gâcher leur vie.. Car c’est eux qui devront s’occuper des plus âgés bientôt.. Et sans se voiler la face, il faut constater la frontière qui sépare de plus en plus les générations d‘aujourd’hui et les personnes âgées.. Encore une fois, si on n’inculque pas à l’enfant dès le début des valeurs de tolérance et de respect des plus anciens, il grandit dans le manque de ses origines et de son passé.. Il vit, il travaille, il a quelques amis et s’offre quelques loisirs mais il n’a plus envie de s’embarrasser de toutes ces notions banalisées à ses yeux.. l'équipe de tournage du "réel en vue" quitte les locaux où est hébergé le CLAS de Guénange.. php?title=Monique_Azegagh:_de_la_difficult%C3%A9_de_transmettre_ses_valeurs.. Dernière modification de cette page le 13 août 2010 à 20:08.. Cette page a été consultée 2 220 fois..

    Original link path: /index.php?title=Monique_Azegagh:_de_la_difficult%C3%A9_de_transmettre_ses_valeurs
    Open archive



  •  


    Archived pages: 435